Les formations rocheuses fascinantes au nord de N’Kob rappellent beaucoup Geath Valley aux U.S.A. … A la différence qu’elles sont peu connues et donc moins touristiques. Nous étions sur place au lever et au coucher du soleil, nous nous sommes promenés autour de Bab’n Ali et nous étions toujours seuls.

La légende raconte que le rocher le plus mince (au sud) est Ali, qui vivait avec sa femme, le rocher le plus robuste à côté. Mais ils se sont disputés, la femme l’a quitté et se trouve maintenant à quelques centaines de mètres de là. Elle a emmené les enfants (les rochers plus petits à côté) avec elle.
Depuis, les deux n’ont plus de contact. La porte (Bab), ou plutôt le passage entre eux, est fermé.

Mais Bab’n Ali n’est pas le seul à mériter une randonnée depuis le gîte le long de la route. La piste qui bifurque à gauche de la route (en venant de N’Kob) vaut également le détour. Après quelques centaines de mètres, la piste bifurque : à gauche, on monte vers l’Ali, on économise environ une demi-heure de marche, à droite, on continue sur une piste en partie très étroite et en mauvais état jusqu’à une petite école (un robuste 4×4 n’est certainement pas de trop). Là, il vaut mieux laisser la voiture et continuer à marcher. Bonne vue sur le “rocher de l’éléphant” à quelque distance, mais aussi sur d’autres superbes formations rocheuses.